Libre opinion – Appel d’élus contre l’expulsion des migrants

TRIBUNE LIBRE

Appel contre les expulsions de migrants à Pau et Bayonne par un collectif de 43 élus : maires, conseillers municipaux, départementaux et régionaux des Pyrénées-Atlantiques

L’an dernier, la France a décidé de mettre fin à la situation inacceptable de la jungle de Calais et de prendre une part dans l’accueil des réfugiés arrivés massivement sur les côtes grecques et italiennes, en raison des déstabilisations multiples du Moyen Orient et de l’Afrique subsaharienne.

Au côté de l’État, les départements français et de nombreux élus locaux se sont mobilisés, avec des citoyens engagés bénévolement, motivés par la réussite de cette grande opération de solidarité internationale.

Ainsi, à Pau, Bayonne, Orthez, Hendaye, Oloron, Gelos, de nombreuses solidarités humaines sont nées et doivent se poursuivre jusqu’à la réussite de la promesse d’accueil de la France dans son ensemble. Depuis trois semaines, les directives gouvernementales visent de nombreux migrants, invités à retourner dans le pays européen par lequel ils sont arrivés un ou deux ans auparavant.

Cette volte-face est incompréhensible.

Considérant que la France a pu compter dans son histoire, sur la mobilisation de plusieurs centaines de milliers d’étrangers quand elle était en danger et en guerre.

Considérant que les immigrants fuyant leurs pays sont des réfugiés de guerre pour une majorité d’entre eux, mais qu’ils sont aussi les premiers réfugiés climatiques pour beaucoup d’autres, issus des pays subsahariens où des famines régionales se succèdent et s’étendent dramatiquement.

Considérant que les demandeurs d’asile, les personnes en situation irrégulière ou les ressortissants de l’Union européenne démunis d’autorisation de travail doivent être pris en charge, sans distinction de statut administratif, en centre d’hébergement d’urgence et qu’aucune discrimination ne saurait se justifier légalement pour distinguer les prestations offertes à ce public.

Considérant le choc et la consternation des bénévoles et des réfugiés du centre d’accueil et d’orientation (CAO) de Béterette, à Gelos, dont la fermeture est brutalement annoncée pour fin décembre 2017 et considérant que les vingt-cinq migrants, arrivés de Paris à Bayonne au mois de septembre sont menacés d’aller au Prahda (programme d’accueil et d’hébergement des demandeurs d’asile) en vue de préparer leurs expulsions.

Considérant la circulaire émanant du ministre de l’Intérieur Gérard Collomb et du ministre de la Cohésion des territoires Jacques Mézard, mettant de facto fin à l’hébergement inconditionnel des réfugiés en actant que « l’État n’était tenu d’assurer l’hébergement des personnes auxquelles une obligation de quitter le territoire (OQTF) avait été notifiée que pendant le temps strictement nécessaire à leur départ ».

Nous, maires, adjoints et conseillers municipaux, conseillers départementaux et régionaux, soucieux du respect des droits de l’homme et soucieux des valeurs de la France, nous demandons la prise en compte des demandes de ces migrants, de Gelos et de Bayonne, d’un accueil définitif et durable dans le département des Pyrénées-Atlantiques pour permettre à leurs accueillants la poursuite et la réussite de leur intégration dans notre département. Après tous les espoirs donnés aux 30 000 migrants de France depuis un an, nous refusons ce message inhumain qui leur est signifié et qui exige un retour vers leur pays d’arrivée en Europe, synonyme de renvoi ultérieur dans leurs pays meurtris, synonyme aussi d’un égoïsme européen indigne vis-à-vis de nos voisins espagnols, italiens et grecs.

Collectif des 43 élus : M. Aragon, J. Arriubergé, A. Barbet, A. Berdou, M. Bergé, H. Bellegarde, J.-F. Blanco, J. Brocard, M.-P. Cabanne, V. Cambon, P. Cheret, C. Claveau Abadie, O. Dartigolle, L. Deary, S. Derville, A. Duchateau, E. Dutoya, F. Espagnac, H. Etcheto, N. Francq, M. -L. Gaston, L. Kherfallah , M. Laban Winograd, C. Laine, J.-Y. Lalanne, J.-P. Lannes, P. Laurent, A. Leicaguecahar, A. Magendie, J.-F. Maison, J. Marbot, C. Martin, S. Maza, E. Médard, M. Minvielle, C. Petchot Baque, M. Plissonneau, A. Sainte Marie, C. Serres Cousine, B. Soudar, M. Triep Capdeville, B. Uthurry, A. Villeneuve.

(Tribune parue dans le journal Sud-Ouest du jeudi 21 décembre 2017)

Ce contenu a été publié dans Actualité. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *