Le président de l’UNC s’exprime sur la « repentance »

Abel Lapeyrigne a exprimé avec conviction des idées fortes et originales.

Lors de l’assemblée générale de la section locale de l’UNC, samedi 3 février, le président Abel Lapeyrigne a tenu à répondre aux propos du Président de la République sur le thème de la « repentance » : « Si l’on veut parler de repentance, il ne faut pas oublier les 1,5 million d’appelés envoyés au front mal préparés et qui, lorsqu’ils en sont revenus, n’ont bénéficié d’aucun suivi, d’aucun accompagnement, après les terribles traumatismes qu’ils avaient subis. »
Par ailleurs, il est revenu sur le « choix contestable » de la date du 19 mars 1962 pour commémorer la fin de cette guerre : « Seuls les Français avaient signé les accords et les massacres de civils se sont poursuivis durant des mois, sans parler de l’assassinat de 90 000 harkis, abandonnés honteusement par notre pays. » Et il reformule l’idée qu’il suffit de conserver deux dates clés de commémoration : le 11 novembre et le 8 mai. Enfin, il regrette que « les dossiers de demande d’attribution légitime de la carte du combattant continuent de se perdre dans les méandres de certaines administrations ». Il compte rédiger un texte sur ces sujets qu’il demandera au député de transmettre.

> Rassembler les générations

Il en a profité pour remercier David Habib de l’aide accordée pour l’achat d’un nouveau drapeau, a félicité les vendeurs du Bleuet de France pour leur grande disponibilité, s’est réjoui du succès populaire des commémorations qui rassemblent toutes les générations et a accueilli avec joie deux nouveaux administrateurs, jeunes retraités de l’armée (ALAT) : Emmanuel Pactat d’Urdès et Éric Leprêtre de Doazon.
Guilain Marès, président de l’UNC Béarn a ensuite félicité la section arthézienne de son dynamisme : « Avec vos 93 membres, vous représentez 1/10e des adhérents du Béarn ». Quant au maire Philippe Garcia, il a remercié l’UNC de sa capacité à mobiliser et à participer activement à la vie communale.

Ce contenu a été publié dans Vie communale, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *