Libre opinion – Comment mener une « vie bonne » dans un monde qui ne l’est pas ?

Dans le magazine L’obs, Éric Aeschimann évoque le dernier livre de la philosophe américaine Judith Butler « Rassemblement ». Celle-ci se pose une question fondamentale : « Comment conduire sa vie de façon acceptable quand le monde paraît de plus en plus inacceptable ? »

Dans sa vision du « monde tel qu’il devrait être », elle propose la réponse suivante, réponse d’ouverture aux autres : « Si je dois mener une vie bonne, ce sera une vie vécue avec d’autres, une vie qui ne peut pas être une vie sans les autres ; je ne perdrai pas ce que je suis : celui que je suis sera transformé par mes connexions avec les autres, car ma dépendance à l’égard d’autrui et le fait que d’autres dépendent de moi sont nécessaires pour vivre et pour vivre bien ».

Ce contenu a été publié dans Actualité, Solidarité. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *