« Un engagement public en faveur des plus vulnérables »

Fabienne Costedoat-Diu et Bernard Dupont ont réaffirmé leur volonté d’agir au plus près des habitants du canton.

Lors des vœux présentés lundi 28 janvier à la mairie de Lacq, les conseillers départementaux Bernard Dupont et Fabienne Costedoat-Diu ont rappelé le sens de leur engagement public, notamment « en faveur des personnes fragiles et vulnérables ».

Après le mot d’accueil du maire Didier Rey, les élus ont évoqué à tour de rôle leur action au sein de l’Assemblée départementale, en faveur d’abord du sport « vecteur de santé, d’équilibre et de socialisation » pour les jeunes comme pour les adultes. Bernard Dupont a beaucoup insisté également sur la lutte contre le décrochage scolaire en citant l’excellent travail accompli par l’association PROGRES : « Nous allons développer ce type d’aide scolaire à travers un plan pluriannuel, a précisé l’élu. »

Autre chantier en cours sur le même thème : l’École de la 2e chance qui s’est ouverte à Mourenx et va essaimer à Bayonne et Pau, « permettant aux jeunes adultes en difficulté de réapprendre les fondamentaux pour retrouver une trajectoire positive ».

La santé et les personnes âgées sont aussi au cœur des préoccupations des élus : 1er année de mise en place des gardes médicales de nuit, Groupement de Coopération Sociale et Médico-Sociale (GCSMS) pour « mutualiser les compétences », nouveau concept de Maison d’Accueil Familial pour Personnes Âgées et Handicapées (MAFPAH). Quant aux Ehpad, 1er employeur du canton, ils jouent aussi un rôle économique capital.

> Proche et solidaire

Dans le domaine social, le problème des mineurs non accompagnés, migrants sans parents, constitue aussi un souci : « Le Conseil départemental doit protéger l’enfance, c’est un devoir », a affirmé Bernard Dupont et il évoque la possibilité de former ces jeunes aux métiers déficitaires (14 M € investis).

En parlant des gilets jaunes, les élus sont prêts à aider au Grand débat national afin de « répondre aux attentes de ceux qui se sentent délaissés. »

Autres sujets évoqués : le déploiement de la fibre optique pour couvrir 100 % du territoire en 5 ans, l’aide au manger bio local (cantines et Ehpad), le projet transfrontalier Aneto contre l’obésité infantile… bref, un discours volontariste pour un Conseil départemental qui se veut « toujours plus proche et solidaire ».

Ce contenu a été publié dans Politique, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à « Un engagement public en faveur des plus vulnérables »

  1. F COSTEDOAT DIU dit :

    En complément de cet article, je souhaite apporter les précisions suivantes: dans mes propos je n’ai nommé les gilets jaunes, mais j’ai parlé du mouvement qui est né d’un sentiment d’abandon des habitants des territoires ruraux, d’une mise à l’écart. En tant qu’élus de ces territoires nous n’avons cessé d’oeuvrer pour que ce ne soit pas une réalité. Pour prévenir la disparition des services publics, pour éviter qu’une personne malade soit obligée d’aller se faire soigner à des dizaines de kilomètres, pour parer la fermeture de classes dans nos petites écoles.
    En ce qui concerne le grand débat national ma position est différente de celle de BERNARD DUPONT, nous allons ouvrir un nouveau livre dont les pages sont encore vierges , le grand débat national voulu par le Président de la République devrait permettre de les remplir. Il nous a demandé en tant qu’élus de proximité, d’en être le relais, les garants mais….sans trop intervenir, sans être en première ligne. POURTANT nous le sommes tous les jours!!! nous sommes des élus au service du peuple, comme les maires, nous avons été élus pour porter les programmes pour lesquels les administrés ont voté pour nous.
    Tel est notre engagement, les écouter, les défendre, leur offrir des opportunités, des solutions au plus près de chez eux. En aucun cas pour organiser un débat sans apporter de solutions concrètes en regard.
    J’ ai développé ensuite, au sein de nos trois collèges, la démarche Départentale du manger bio et local, la nécessité de manger équilibré, l’importance de profiter de ce que la terre leur offre près de chez eux .
    Pour finir un sujet prégnant qui nous concerne tous, la présence médicale . Le Département très sensibilisé a mis en place une « boite à outils  » expérimentée dans le nord est Béarn qui commence à porter ses fruits . Tout en terminant sur une note optimiste car notre canton possède une forte et jeune présence médicale.
    Il me semblait utile d’apporter ces précisions afin d’informer au mieux nos administrés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *