Un apéro-éco pour apprendre à limiter ses déchets

Une sensibilisation très intéressante à la réduction des déchets.

Dans le cadre de la Semaine Européenne de Réduction des Déchets, une vingtaine de personnes se sont rassemblées vendredi 22 novembre au Pingouin Alternatif pour un « café-apéro formation zéro déchet ».

Cette soirée de sensibilisation était animée par Charlotte Poursuibes de l’association Ecocène, missionnée par la Région Nouvelle Aquitaine, et Juliette Pirson d’Avenir Zéro Déchet, en partenariat avec Valor Béarn. Deux techniciennes du service Déchets de la Communauté de Communes de Lacq-Orthez, Véronique Lahoun et Émilie Ducasse, ont répondu également aux questions des participants.

Celles-ci ont donné quelques chiffres attestant de l’effort fourni par la CCLO et ses habitants : par an et par habitant, 50 kg d’emballages ménagers sont collectés dans les bacs jaunes, 30 kg de verre apportés aux conteneurs, et 220 kg déposé en déchetterie ; restent 200 kg d’ordures ménagères incinérés.

> Efforts à poursuivre

« Ces résultats sont satisfaisants mais les efforts doivent être poursuivis, ont insisté les responsables ». De plus une étude est menée sur la mise en place éventuelle d’une redevance incitative pour l’enlèvement des ordures ménagères, dans le but de maîtriser les coûts qui devraient augmenter dans les années à venir. « Pour l’instant, a précisé Véronique Lahoun, le montant des dépenses est de 7 M€, celui des recettes de la TEOM de 5 M€ , auxquels il convient d’ajouter 1,6 M€ de rentrées diverses : revente aux usines de recyclage, soutien des éco-organismes, vente de la vapeur de l’incinérateur. »

Puis Charlotte Poursuibes et Juliette Pirson ont organisé un jeu de questions-réponses pour tester les connaissances du public et réfléchir avec lui à la meilleure manière de limiter ses déchets : acheter les produits sans emballage ou le moins emballés possible, modérer ses achats, éviter de stocker, fabriquer ses propres produits…

« Chacun peut aussi devenir éco-ambassadeur, ont-elles souligné, en sensibilisant les gens autour de soi, sans oublier les commerçants. » Et avant de partager un casse-croûte, on a conclu en rappelant que « le meilleur déchet, c’est celui qui n’existe pas » !

Ce contenu a été publié dans Environnement, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.