« La faute à la Chine ? » : L’Arthézien Antonin Navarro réagit à un éditorial de La République

Antonin Navarro, homme de convictions et d’engagement, (ici aux côtés de Michel Maffran, Yan de Nadau), se demande si la crise que nous subissons est vraiment imputable à la Chine.

 

« Comme chacun le sait, la Chine a été la première victime du Coronavirus. On a commencé à réellement en parler en décembre 2019. Puis la Chine a décidé le confinement en janvier en mettant les grands moyens au services des soignants (hôpitaux créés en quelques jours, matériel médical, dépistages, etc …) et au service de la Recherche. Début mars, l’épidémie en Chine a été jugulée, alors qu’elle se développe inexorablement partout et notamment en Europe, avec des pays fortement touchés comme l’Italie, l’Espagne, mais aussi la France.

Depuis quelque temps déjà, les médias français mettent en avant « la duplicité chinoise ». A entendre certains médias, la Chine nous aurait caché le nombre de morts, la dangerosité de ce virus.

Dans l’éditorial de la République du mardi 31 mars, Jean-Michel Helvig va dans ce sens. Entre autres, il écrit « La connaissance qui se précise sur la façon dont le régime de Pékin a masqué ( si l’on ose dire) la façon dont ce nouveau virus est apparu, mais surtout l’ampleur de ses dégâts… » Il ajoute « Outre que la Chine a beaucoup à se faire pardonner (en tout cas à faire oublier) dans sa responsabilité au retard de la prise de conscience mondiale du Covid-19… »

Pourtant, l’ancienne ministre de la santé, Agnès Buzyn affirme avoir alerté le gouvernement fin janvier du « tsunami » de la pandémie à venir !

Alors, la Chine coupable, responsable de ce qui nous arrive ?

– Est-ce la faute à la Chine si la France a une pénurie invraisemblable de matériel hospitalier nécessaire de base : masques, gants, blouses, charlottes, lunettes, gel hydroalcoolique, tests de dépistage, etc … ?

Et pour cacher cette carence, le porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye et le ministre de la santé Olivier Véran ont longtemps soutenu qu’il n’était pas nécessaire de porter le masque ni de se faire tester !!!

– Est-ce la faute à la Chine si en France, les EHPAD, les médecins, les infirmières libérales, les aides à la personne, les pharmaciens, les pompiers, les policiers, les éboueurs, les caissières, etc … n’ont pas suffisamment de matériel de protection ?

– Est-ce la faute à la Chine si la France manque dans les hôpitaux de lits, de respirateurs (seulement 10 000 alors que l’Allemagne en a 20 000 !!!), de personnels ? et maintenant les chefs de service craignent une pénurie de médicaments d’anesthésie ! Pourtant ce personnel hospitalier que l’on qualifie aujourd’hui de héros, n’a-t-il pas depuis un an alerté – en vain – sur l’état catastrophique de l’hôpital public ?

Alors, pour éviter d’évoquer une telle situation chez nous, il est évidemment plus facile de détourner l’attention en lançant des insinuations sur la Chine.

Devant l’aggravation de la situation, E. Macron s’est une nouvelle fois adressé aux Français. Heureusement qu’il l’a fait le mardi 31 mars et non le lendemain ! Car vu son discours, tout le monde aurait cru à un poisson d’Avril … Mais si ce n’est pas le cas, disons : « chiche ». Il a prôné un plan massif d’investissement pour l’hôpital public et son personnel dont l’exceptionnel dévouement force l’admiration de tous. Il a dit : « Il faut avant tout produire davantage en France, réduire notre dépendance, assurer notre souveraineté ». Ce qui signifie « relocalisations », « nationalisations ». Mais tout à fait d’accord ! Alors que depuis des décennies, on assiste en France à des fermetures d’usine, à des délocalisations massives, à des fermetures de Services Publics, à des ventes de joyaux publics tels les aéroports de Toulouse, de Paris …

Lorsque cette terrible pandémie sera surmontée, j’espère que E. Macron n’oubliera pas ces paroles.

Dans ce cas, nous serons nombreux à les lui rappeler.« 

Antonin Navarro

Ce contenu a été publié dans Actualité, Politique, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à « La faute à la Chine ? » : L’Arthézien Antonin Navarro réagit à un éditorial de La République

  1. LABORDE dit :

    Malheureusement, l’un n’empêche pas l’autre !
    Je rêve ou vous portez des fringues Nike ; des trucs fabriqués à bas
    coût par des femmes et des enfants exploités, transportés par des
    porte-containers hyper-polluants, pour le compte du grand méchant
    loup américain…
    Penser que l’état de notre pays est le seul fait d’un mec qui est là depuis 3 ans…

  2. MEYER dit :

    On peut douter de la franchise des dirigeants chinois concernant le bilan de la pandémie. Par exemple, Wuhan est une ville de 11,8 millions d’habitants. Elle n’est certainement pas dépourvue d’hôpitaux. Et pourtant, la Chine y annonce le 28 janvier la construction d’un hôpital, alors que les statistiques officielles chinoises donnent 555 contaminés et 17 décès à la date du 22 janvier. Dans un état hautement centralisé, les grosses décisions sont prises à Pékin, après moult courriers et réunions …

  3. Christian Lignacq dit :

    Ca alors ! Bonjour monsieur Navarro, ça me fait plaisir de vous voir en photo. L’année dernière, j’ai relu avec émerveillement l’Iliade & l’Odyssée, que vous nous aviez fait jadis étudier, et j’ai repensé à ces années… Avant le terme de mon redoublement (c’est dire si je ne me lassais pas de vous), en raison d’un tempérament perturbateur sans doute, je dus finir l’année scolaire dos à la classe, assis à une petite table contre le mur du fond. Avec mon camarade de combat d’alors, qui se trouvait dans la même situation, nous n’étions symétriquement séparés que par une armoire, sur laquelle était punaisée de mon côté la photo délavée par le soleil d’un oiseau exotique, « l’Ibis rouge ».
    Sans vouloir aucunement vous offenser, je me rappelle que nous vous avions affectueusement surnommé Peppone. Il y avait quelque chose de stéréotypiquement folklorique dans votre attitude lorsque, par exemple, une bonne partie d’entre nous manquaient l’école toute une semaine pour faire leur retraite d’avant la communion, la comparaison était irrésistible. Cependant, notre Don Camillo à nous a beaucoup souffert, car il y avait parmi nous de véritables petits monstres, d’ailleurs, depuis ce temps là, je dois toujours un vélo de course tout neuf à un ami d’enfance.
    Je me souviens de cette fête du collège que vous aviez organisé jusqu’à l’épuisement total, avec une scène où nous avions figuré des tableaux sur des variétés françaises de l’époque… Dans votre classe, il y eu des moments de détente inoubliables, en particulier avec un autre de vos avatars (notre favori), un personnage haut en couleur, le dénommé… Antonin de Tarascon ! Qui nous enchantait avec ses histoires de chasses à la palombe ou au lièvre intelligent, de truites surdimensionnées qui bondissaient dans les torrents sauvages, et de cueillettes gargantuesques de champignons, toujours avec un malin sourire et cette petite étincelle dans l’œil.
    Un peu plus tard, je me souviens aussi de cette soirée cinéma improvisée, « Alien, le huitème passager », pour notre bon plaisir à nous les adolescents, sinon il n’y avait rien le soir (c’est toujours le cas d’ailleurs)… Là, quelques rangées des chaises dans la grande salle de la cantine, l’écran de télévision le plus grand disponible, une piécette symbolique pour l’entrée, et après la séance, on pouvait rentrer à pied jusque chez nous en discutant encore un peu sous la lune de ce film rudement bien tourné. L’initiative peut paraître insignifiante aujourd’hui, à l’heure du divx et du peer2peer, mais à l’époque il fallait oser. C’était génial, merci monsieur Navarro.
    Concernant votre article ci-dessus, le citoyen Laborde vous a répondu dès sa première phrase ; l’un n’empêche pas l’autre. Effectivement, vous avez raison, notre système de santé a été débordé par manque de moyens, alors que l’alarme avait été tirée à maintes reprises depuis un bon moment, et ça ce n’est pas la faute à la Chine. Mais vous vous projetez un peu vite à mon sens, dans l’après-pandémie, nous y solderions des engagements politiques et réglerions ainsi cette histoire en toute simplicité. Cela me semble un peu trop simple justement, même si je ne me fais pas trop de souci pour que la promesse du président Macron soit honorée. Comment pourrait-il en être autrement ? Toutefois, la situation est extrêmement complexe, inexorablement mondiale, avec de sévères zones d’ombres, et depuis une bonne semaine que vous avez posté cette tribune, les chiffres de l’horreur semblent être loin d’avoir fini de grimper, sur toute la planète, exponentiellement, sauf en Chine.
    Le savez-vous comment et quand cela va s’arrêter ? Si la situation va évoluer dans le bon sens, comme nous le souhaitons tous, ou dans le mauvais sens ? Si après une accalmie, une pire mutation peut survenir et décupler l’hécatombe ? Si faute de vaccin, il fallait, par exemple, nous résoudre à abattre tous nos animaux domestiques porteurs ? Si notre nation fragilisée subissait d’autres calamités, climatiques, terroristes, environnementales, économiques… et si l’agriculture française, o combien déjà mise à mal (le nombre terrifiant de suicides en témoigne), ne pouvait pas subvenir à nos besoins alimentaires ? Sombre perspective n’est-ce pas ? L’avenir nous est par nature inconnu, et il est imprévisible, surtout en ce moment, mais il faut garder bon espoir.
    Certains exégètes des prophéties de Nostradamus avaient prédit le chaos en France à l’horizon 2020-2030, mais il n’était pas nécessaire d’être un devin pour faire cette estimation assez logique, que nous avancions vers une époque passablement troublée. Une fourchette de dix ans, moins précise que la fin du monde de Paco Rabanne qui heureusement n’a pas eu lieu, pas plus que la très médiatique fin du monde maya. A l’occasion de cette dernière cependant, le 21-12-2012, la chaine de télévision Arte avait diffusé un excellent documentaire en deux parties, « Les derniers jours de l’homme, 10 scénarios pour la fin du monde » de Magnus Sjöstrom.
    Dans la première partie, les catastrophes naturelles, c’est précisément la pandémie qui était classée en tête des probabilités. C’est assez troublant de regarder ce film aujourd’hui, qui décrivait exactement ce que nous sommes en train de vivre avec sept ans d’avance. En tête de la deuxième partie, les catastrophes anthropiques, et donc en tête du classement général, c’était la menace de la biologie de synthèse qui était très sérieusement évoquée, avec des conséquences similaires à celles de la pandémie. Ceci dit, l’institut Pasteur à communiqué que rien ne permettait d’affirmer que le covid-19 était d’origine artificielle.
    Je dis tout ça parce qu’il y a eu récemment un précédent assez suspect avec la grippe A-H1N1, il y a dix ans pilepoil, et on s’est bien moqué de Roselyne Bachelot. C’est-à-dire qu’un an et demi auparavant il y eu le fameux crash boursier de 2008. Une véritable bombe économique, lente, imperceptible, silencieuse comme un tsunami, la Grèce s’en souvient, l’Irlande aussi, et nous nous sommes endetté jusqu’au cou. L’économie mondiale en déroute, sauf… l’industrie pharmaceutique, qui a vendu des millions de doses d’un vaccin contre une grippe bénigne, pour des milliards de devises, dans un timing magnifiquement providentiel.
    Cette fois-ci, la configuration est différente, beaucoup plus grave. Nous avons à faire avec un virus tueur extrêmement contagieux, contre lequel nous ne connaissons pas de vaccin, qui s’est propagé dans le monde entier avec une vitesse fulgurante, parce que la menace n’a pas été prise au sérieux, n’a pas été perçue à la mesure de sa dangerosité extrême. La pandémie a explosé en Europe occidentale alors qu’elle était soi-disant contenue en Chine, la France ayant déjà rapatrié et placé en quatorzaine ses ressortissants.
    Cependant, au fur et à mesure du déroulement de cette tragédie planétaire, les chiffres chinois apparaissent comme incohérents avec l’expérience que traverse en ce moment même le reste du monde. Oui, la République Populaire de Chine est soupçonnée d’avoir délibérément tenté de masquer la gravité et l’étendue du problème, avec une remarquable opération de communication et de manipulation de l’information :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Pand%C3%A9mie_de_Covid-19_en_Chine
    Je comprends fort bien que vous vouliez défendre la Chine, monsieur Navarro, mais c’est un pays communiste moderne, ayant complètement assumé que, comme disait Coluche, « Le capitalisme c’est l’exploitation de l’homme par l’homme et le communisme c’est le contraire », et qui fait du très très gros business décomplexé avec la planète entière, pour le meilleur et pour le pire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.