Geoffroy de Lagasnerie : “Un rebelle est forcément progressiste »

Geoffroy de Lagasnerie, philosophe et sociologue, est souvent présenté comme une figure de la gauche radicale. Il était l’invité du Grand Entretien sur France Inter, mercredi 30 septembre :

<iframe src= »https://www.franceinter.fr/embed/player/aod/2ad67a5c-63cb-4c45-b975-bc5abad2787d » width= »100% » height= »64″ frameborder= »0″ scrolling= »no »></iframe>

Quelques-unes de ses phrases clés :

« Quelles sont les forces qui tendent à faire passer pour “normales” des positions ultra réactionnaires ? Comment des dispositifs de pouvoir voudraient nous contraindre à “débattre” avec ces idées ?

« Ce qui nous étonne, c’est surtout la perception différentielle de la violence. Si vous dites : nous ne voulons pas accepter comme interlocuteur quelqu’un qui milite pour l’infériorisation des homosexuels, contre les droits des femmes, contre la lutte antiraciste, contre les luttes sociales, vous êtes perçu comme un stalinien ; alors que si vous vous situez du côté de la réaction, si vous militez contre les droits des minorités, vous êtes perçu comme un démocrate qui participe au débat.

« Cette perception différentielle de la violence est incroyable et insupportable. Mais qu’est-ce qui s’est passé dans le champ intellectuel et politique pour que lorsque quelqu’un attaque les gays et les lesbiennes, les minorités, les chômeurs…, il puisse apparaître comme un débatteur et lorsque l’on affirme, à l’inverse, que ces opinions sont inacceptables, on puisse être désigné comme censeur autoritaire ?

« Il faut repenser la vie intellectuelle et mettre en place des stratégies de rupture ; il faut créer ses propres lieux, ses espaces de diffusion, affirmer ses points de vue, être autonome, se créer ses propres scènes : nous voulons réinstaller un peu de démocratie intellectuelle dans un champ saturé par tous ces discours autoritaires et dangereux.

« La démocratie, ce n’est pas un espace où l’on doit tous se soumettre aux mêmes questions, mais c’est pouvoir créer ses propres espaces de résistance.

« On est rebelle quand on se situe du côté de la critique des ordres traditionnels, des hiérarchies, des censures, des interdits. Quelqu’un qui manifeste pour restaurer un ordre familial traditionnel, même s’il affronte la police, n’est pas un rebelle. Un rebelle est forcément progressiste, il met en question un ordre donné pour plus de désordre et plus de liberté. »

Extraits d’un entretien donné dans Les Inrockuptibles : https://www.lesinrocks.com/2014/08/26/medias/actualite/edouard-louis-geoffroy-lagasnerie-rebelle-forcement-progressiste/

 

Ce contenu a été publié dans Politique, Social. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.