La sécurité préoccupe les élus

Les élus s’inquiètent du stationnement dans la rue Bergoué, parfois sur le trottoir réservé aux piétons.

Les élus réunis en conseil municipal, mercredi 14 octobre, se sont dits préoccupés par la sécurité dans la commune : des aménagements de sécurisation aux alentours des établissements scolaires (collège et école) seront étudiés, avec notamment la démolition cette fin d’année de la maison Landalle (en face du collège) ; des travaux porteront aussi sur l’amélioration de la visibilité, en lien avec la CCLO. Par ailleurs, des stationnements gênants, voire dangereux, ont été signalés dans la rue Bergoué, récemment réaménagée : s’ils ralentissent la vitesse de circulation (ce qui, en soi, n’est pas un mal), ils empêchent aussi les piétons d’utiliser le trottoir et il va falloir résoudre ce problème.

Parmi les autres sujets discutés, le Fonds de Péréquation Intercommunal et Communal (FPIC) fait l’objet d’une décision modificative budgétaire : 9 208 € doivent être ajoutés à la somme que doit verser la commune à la communauté de communes, somme qui sera récupérée sur le budget des bâtiments communaux.

> Délégation au SIVOM 

Plusieurs sujets de discussion ont concerné aussi le SIVOM : les élus de la minorité ont demandé à « avoir un délégué au SIVOM afin de respecter la représentativité du vote des Arthéziens ». Le maire Jean-Pierre Escouteloup a répondu qu’il souhaitait « laisser le SIVOM se mettre bien en place avant toute chose ». Outre des interrogations sur le patrimoine immobilier du SIVOM, il a été décidé de poursuivre l’étude du remplacement du prestataire de la cantine scolaire par le restaurant du collège.

> Marché déplacé

À partir du 24 octobre, le marché sera installé sur la Place du Palais (côté Nord) « à la demande des commerçants eux-mêmes » a précisé le maire ; l’adjoint Denis Couffy a précisé que l’accès à la Carrère demeurerait interdit aux voitures, comme actuellement le samedi matin.

À propos de la vente éventuelle de bâtiments communaux, il est proposé de passer en priorité par les agences immobilières locales.

Enfin, les élus ont décidé de venir en aide aux communes sinistrées du Sud de la France en leur attribuant une somme de 1 500 €.

Ce contenu a été publié dans Vie communale, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.