Pour une nouvelle dynamique du centre-bourg

L’intéressant projet Fenics avance et abordera sa phase finale en automne avec, espérons-le, la participation active d’un nombre plus important d’Arthéziens.

Le projet Fenics (Filière économique nouvelle pour l’innovation dans la construction et le social), piloté par le Conseil Départemental et réunissant dans un travail commun de réflexion élus et non élus, a proposé mercredi 21 juillet un point sur l’état d’avancement de la démarche lancée au début de l’année.

L’animatrice France Morel a rappelé d’abord les objectifs de ce projet : « Il s’agit d’étudier le fonctionnement actuel de la commune et d’observer ses points forts et faibles, afin de déterminer en fin d’année un plan d’actions qui visera à insuffler une nouvelle dynamique pour Arthez demain, à 5, 10 et 20 ans ».

Plusieurs actions ont été entreprises depuis 6 mois : marche exploratoire, micro-trottoir vidéo et questionnaire ont permis de recueillir la parole des habitants, « car il s’agit de travailler ensemble, insiste l’animatrice, afin de rapprocher élus et non-élus, favoriser l’expression citoyenne et répondre aux attentes réelles des habitants ».

Les techniciens ont dressé alors un portrait du village, vantant sa situation privilégiée de belvédère face aux Pyrénées, mais ciblant les problèmes qui se présentent : difficultés de circulation et insécurité dans ce village-rue, omniprésence de la voiture, bâti peu mis en valeur, places sans attrait… « Il faut donc que le cadre de vie présente une meilleure attractivité, qu’on ait envie de s’arrêter dans le village, d’y déambuler ».

> Un village désirable

On est passé ensuite au compte-rendu, fait par 3 Arthéziennes, des groupes de réflexion qui ont travaillé fin juin.

Clémence Teulé a souligné l’insuffisance de l’espace public dédié aux piétons et avancé quelques propositions expérimentales : vitesse 30 km/h, Carrère en sens unique (une étude sera menée en septembre), journée sans voiture, déplacement du marché au belvédère sud de la place, travail avec les écoliers pour la matérialisation des espaces piétons…

Nathalie Nosjean a évoqué l’attractivité économique, reconnaissant qu’Arthez possède tous les commerces et services nécessaires mais suggérant quelques améliorations pour « rendre le village désirable » : épicerie au bourg, signalétique, plan, livret d’accueil, liaison bourg-N’haux…

Enfin, Colette Lapléchère a souligné la richesse du patrimoine arthézien (chapelles, fontaines, chemin de St Jacques, bois de Canarde, paysage, point de vue…) en se demandant comment le valoriser et le faire mieux connaître. D’autre part, le groupe s’est inquiété de l’identité d’Arthez « village béarnais qui a oublié de l’être », ajoutant : « On a perdu les clés qui donnent du sens au village ». Elle a donc suggéré quelques pistes : lien avec les écoles dans une optique de transmission, étude de la toponymie, théâtre de verdure, fascicule culturel, info touristique, accueil renforcé des pèlerins…

> Visite familiale en 2041

On a même élaboré un programme de visite familiale d’Arthez en 2041 : circuits des chapelles accessibles à tous, parcours de santé ponctué de jeux aquatiques, festival musico-historique, visite des fontaines avec vidéos explicatives par QR Code, journée peinture-découverte, etc.

Le travail effectif reprendra à l’automne et les groupes de réflexion restent ouverts à tous : une dizaine d’Arthéziens seulement étaient aux côtés des élus mercredi ; il serait intéressant que davantage d’habitants prennent part activement à l’élaboration du projet pour la redynamisation de leur village.

Support de l’atelier du 21 juillet

Ce contenu a été publié dans Vie communale, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.